Dernière ligne droite pour la reprise de Tati

Après la mise en redressement judiciaire de l’enseigne Tati depuis début mai et la désignation par le tribunal de commerce de Bobigny, des deux administrateurs judiciaires dont Philippe Jeannerot, les salariés s’inquiètent pour leur sort.

Le bras de fer entre salariés de Tati et ERAM

Comme une demande au secours, une centaine de salariés de l’enseigne Tati se sont rassemblés lundi 22 mai devant le ministère du travail, ils demandent une nouvelle fois au groupe ERAM propriétaire de l’enseigne de participer au plan de sauvegarde de l’emploi.

« Faire la pression sur le gouvernement et surtout sur le groupe ERAM, de façon à avoir un PSE digne de ce nom parce qu’aujourd’hui il n’y a rien » a déclaré un représentant de CFDT. Les salariés s’inquiètent surtout après la reprise, s’il y a repreneur que serait le destin des 300 ou 400 personnes qui vont rester sur le carreau. Une délégation intersyndicale a été reçue par la nouvelle ministre du Travail, Muriel Pénicaud dont l’objectif est que le gouvernement garantisse aux salariés des indemnités de licenciement et des propositions de reclassement. Après une heure de discussion leur avocat s’est montré confiant, en effet « ils se sont engagé effectivement à apporter toutes l’aide du gouvernement, notamment prévoir une antenne de reclassement abondé pour qu’il y ait un budget de formation conséquent et apporter tout le soutien aux salariés » a déclaré l’avocat des salariés.

Deux offres de reprises sont à présent sur la table, une de l’enseigne de distribution GiFi et une autre de la chaine la foir’fouille, les candidats ont jusqu’à mardi 23 mai soir pour peaufiner leur proposition. Le gouvernement devrait prendre contact en début de semaine prochaine avec les repreneurs potentiels.

Les offres de reprise

Les deux offres de reprise les plus intéressantes sont assez proches a déclaré le PDG d’Agora distribution, en effet les deux proposent la reprise de 95 magasins et 1 300 employés. Le groupe d’Agora distribution, qui est formé par Giga store, Degri’Mania, Tati et Fabio Lucci et compte près de 140 magasins et 1754 salariés, dont ces derniers espèrent que ses deux offres pourront assurer la reprise du maximum d’employés.

La viabilité des deux offres est examinée par l’administrateur judiciaire en charge de l’enseigne Philippe Jeannerot pour que la semaine prochaine le tribunal de commerce de Bobigny tranchera pour la meilleure offre.

Toutefois maitre Thomas Hollande fils de l’ancien président de la République et avocat des salariés de Tati, souhaite l’intervention du nouveau président Emmanuel Macron, pour qu’il met la pression au Groupe ERAM pour assumer sa responsabilité et reprendre les salariés qui ne seront pas concerné par la reprise.

 

Bien connaître les produits de l’origine et de la qualité

Les référentiels de qualité ont été mis en place par l’Etat pour garantir aux consommateurs une qualité irréprochable et des prix imbattables aux produits consommés.

Les labels se différencient par catégories et en fonction des attentes et des besoins du consommateur : élu produit de l’année, élu saveur de l’année, Meilleurs Rapports Qualité Prix (MRQP®)

Nombreux sont les labels et les référentiels qui aident le consommateur français à choisir son produit parmi des milliers qui existent sur le marché, et ce, selon ses préférences et ses envies : qualité, prix, rapport qualité prix, respect de l’environnement…

Les signes officiels de l’origine et de la qualité nutritionnelle

L’appellation d’origine contrôlée désigne un produit dont la production, la transformation et l’élaboration, sont réalisées selon un savoir-faire reconnu dans une même zone géographique qui donne ces caractéristiques au produit.

Dans les divers rayons des épiceries et des hypermarchés, les labels alimentaires se multiplient, pour les voir plus clairs, on peut les classer en plusieurs grandes familles.

Mais que garantissent vraiment ces labels alimentaires et doit-on les faire confiance ?

Désormais, il y a 3 repères de qualité, les produits alimentaires, l’appellation d’origine contrôlée (AOC), le Label rouge qui garantit la qualité supérieure du produit et l’agriculture biologique qui conserve un mode de production respectueux de l’environnement.

Ces certifications de qualité sont officielles et prouvées pas l’Etat et les cahiers des charges qui définissent ces labels sont validés par le Ministère.

Comment reconnaitre les produits certifiés pour le prix et leur qualité ?

Le Ministère de la santé a imposé d’accorder à chaque produit répondant aux normes européennes et faisant parti d’une catégorie de ces labels un logo qui permet reconnaître des produits qui bénéficient d’un signe officiel de la qualité et de l’origine

Les cachets d’identification de la qualité et de l’origine mettent en avant la qualité un produit, son prix imbattable, son respect de l’environnementale…

Les principaux référentiels de qualité en France :

  • Le Label Rouge (AOC) qui désigne la qualité supérieure du produit, l’agriculture biologique et le respect de l’environnement.
  • Les « Produits de l’année » comme les « Saveurs de l’année » s’attribuent aux produits figurant parmi les 650 produits retenus pour les Saveurs de l’année et répondant aux critères prédéfinis par ces deux labels de qualité.
  • Meilleurs Rapports Qualité Prix (MRQP®) est un concept simple et direct, venant servir l’intérêt du consommateur et ayant pour but d’identifier les produits répondant à des normes strictes de qualité et proposant des prix défiant toute concurrence

 

 

 

 

 

Gilbert Collard s’en prend encore à Cyril Hanouna

L’homme politique français et l’avocat de Marine Le Pen, GIlbert Collard en veut encore à Cyril Hanouna et s’est apparu plutôt tendu ce matin sur LCI face à la journaliste et l’animatrice Audrey Crespo-Mara.

Il y a quelques jours, GIlbert Collard a été invité par l’animateur de « Touche pas à mon Poste » et n’a pas apparemment très apprécié cet interview.

Invité par l’épouse de Thierry Ardisson, Gilbert Collard n’a pas raté aucune occasion pour aborder le sujet de Cyril Hanouna et de critiquer l’esprit des journalistes qui ressembles à l’animateur de C8. Si tous les journalistes étaient comme Hanouna…Ne faites pas du Hanounisme… » Commente l’avocat.

Audrey Crespo-Mara a commencé doucement son interview en posant quelques questions relatives à la situation de Marine Le Pen, son programme électoral, l’immunité ouvrière, le cabinet noir, son opposition…

En réponse à la question de la journaliste à propos de Marion Maréchal Le Pen et de son droit d’avoir des idées qui divergent du programme, Gilbert ne manquait pas encore l’occasion de sous-estimer Hanouna en disant : « Si tous les journalistes deviennent Hanouna c’est la fin du journalisme quoi. »

 « Marine Le Pen a le peuple de France pour avocat » 

Vous étiez au premier rang derrière Marine Le Pen lors du « grand débat » a-t-elle besoin d’un avocat auprès d’elle pour la défendre ? Lui demande l’animatrice de LCI.

Absolument pas !  Je crois que Marine Le Pen a tout le peuple de France comme avocat maintenant. Et que sa progression prouve ce mérite et la place qu’elle occupe aujourd’hui.

Après une bonne quinzaine de minutes, madame Ardisson demande au président du comité de soutien de Marine Le Pen, candidate du Front national (FN) à l’élection présidentielle de 2012 s’il a une idée sur le fonctionnement de Siri.

Gilbert Collard qualifie Cyril Hanouna d’abruti 

Vous pensez que vous êtes toujours sur écoute on vous a expliqué comment fonctionner Siri ? Demande la présentatrice.

Vexé, Gilbert Collard répond à Audrey :  » J’essaye d’être courtois avec vous mais faites-moi plaisir, ne soyez pas aussi abrutie qu’Hanouna ! » l’animatrice de LCI fait remarquer que l’avocat a cité trois fois le nom de l’animateur pendant l’interview.  »

Toujours avec ce joli sourire aux lèvres Audrey lui répond : « ça fait 3 fois que vous parlez d’Hanouna. »

 

 

 

 

 

Pour Fillon la transparence doit s’appliquer à la presse qui « juge les hommes politiques »

 

A seulement 20 jours des élections présidentielles 2017, le candidat à la présidentielle M. Fillon demande « de la transparence pour tout le monde ! »

Interrogé ce matin par la Radio Monte-Carlo et la chaîne de télévision française d’information nationale en continu, filiale du groupe NextRadioTV, (BFM TV), le représentant « des Républicains aux élections présidentielles 2017, s’est attaqué encore une fois aux journalistes et aux personnes des médias.

En pleine tourmente depuis des semaines à cause des révélations sur les emplois présumés fictifs de son épouse, Penelope, François Fillon ne rate aucune occasion pour démentir et prouver sa résistance face à ses accusations.

Le candidat de la droite à la présidentielle 2017, a promis de maintenir sa candidature à la présidentielle, lors de l’interview de ce matin sur RMC et BFMTV.

Demande totalitaire

« Je pense qu’il faudrait un peu au-delàs, puisqu’on parle de la transparence, il faut de la transparence pour tout le monde, il faut de la transparence pour ceux qui ont des fonctions publiques, pour ceux qui sont à la presse se sont érigés en procureurs. »

« A partir du moment où la presse désormais juge les hommes politiques, les condamne, sans d’ailleurs souvent leur donner la possibilité de se défendre, il faudrait parfois savoir les conditions dans lesquelles vivent ceux qui les condamnent », a-t-il précisé.

« De la transparence pour tout le monde »

La demande était claire, François Fillon, le candidat LR à la présidentielle 2017 avait lisiblement invité les journalistes à dévoiler leur patrimoine tous comme les hommes politiques et les candidats à la présidentielle, histoire d’imposer la transparence.

Enquêté ce matin par Jean-Jacques Bourdin, sur divers sujets relatifs à la vie politique, Monsieur François Fillon a souligné l’importance et la nécessité de la transparence des médias et des journalistes.

Avouant depuis longtemps qu’il est victime d’une attaque médiatique, le candidat de la présidentielle M. Fillon a été interrogé sur sa relation avec les journalistes et l’impact des médias sur sa campagne et son sort. « Est-ce que faire siffler la presse, c’est un plaisir ? », lui a demandé journaliste et animateur de radio français, M. Bourdin. « Je ne fais siffler personne », a avoué le vainqueur de la primaire, François Fillon, invitant les journalistes et toutes personnes appartenant au métier des médias et du journalisme à faire un examen de conscience prouvant leur innocence.

 

 

 

Rajab est déjà là, ramadan approche à grands pas

Dans moins de 50 jours, le mois de ramadan pointera son nez et les musulmans dans les 4 coins du monde partageront la même émotion à l’approche de ce mois béni.

L’odeur des épices, du pain chaud et des pâtisseries orientales, les cadeaux personnalisés à l’image de la tradition musulmane, les enseignes halal qui envahissent les supermarchés, les commerces de proximité et les grandes surfaces…sont autant d’indices qui annoncent la venue de ce mois bénis.

Les pâtisseries orientales, un grand classique ramadanesque

La baklawa, le Griwech, le makrout, les cornes de gazelle, les dattes farcis aux amandes, l’algéroise aux amandes, les cheveux d’ange aux fruits secs, le Kâak glacé aux noisettes, le fourré d’amande et de fleur d’oranger sont les stars des tables d’Iftar en mois de ramadan.

Le Ramadan 2017 approche à grand pas, et les pâtisseries françaises ne peuvent manquer cette occasion profitable.

Comme chaque année, le mois de ramadan 2017 en France enregistre une augmentation notable dans les consommations des mets festifs et des produits halal.

Dès que le calendrier hijiri annonce la venue de mois de ramadan en France, les musulmans français se précipitent à la première heure pour compléter leurs achats : viandes halal, pains, viennoiseries, légumes, pâtisseries…En France comme à l’étranger, le mois de ramadan est devenu un véritable événement commercial tout comme noël, les fêtes de pâques…

Les commerces s’apprêtent à accueillir Ramadan 2017 en France

Pour les boucheries halal, les boulangeries artisanales, les pâtisseries orientales…le mois de ramadan est la saison idéale pour effectuer des ventes considérables et multiplier leurs bénéfices.

« Nous veillons chaque année pendant le mois de ramadan à diversifier nos prestations et à garnir au mieux les délices orientaux que nous proposons à notre clientèle. » Justifie, le gérant d’une pâtisserie artisanale à Nantes. « Vous ne pouvez pas imaginer le nombre de commandes que nous recevons chaque jour par les consommateurs français de toute croyance, religion et conviction. Le mois de ramadan est devenu un rendez-vous festif des gourmands et des gourmets amoureux des délices orientaux. » Ajoute-t-il.

Des coffrets « spécial Ramadan »

Tous les mois de ramadan, les vitrines sont embellies par les coffrets de toutes tailles, saveurs et contenus aux couleurs de l’orient et de ses traditions.

Proposant des prix « spécial ramadan » et des offres exceptionnelles, les commerces halal, les pâtisseries artisanales et les magasins proposant des produits orientaux ne laissent pas indifférents les passants et les fidèles clients.

 

 

Les Français optent pour une « transition alimentaire »

D’après une étude récemment publiée par l’Agence Française pour le Développement et la Promotion de l’Agriculture Biologique, la plupart des français favorisent une alimentation saine issue d’une agriculture bio et respectueuse de l’environnement. Les chiffres publiés par l’AB montrent l’intérêt que portent les français à ce nouveau marché et l’effet des efforts multiples fournis par les entreprises de la restauration collective en France et les campagnes de sensibilisation effectuées par ces dernières.

En effet, de nombreux groupe de restauration se sont engagées depuis quelques années dans une politique biologique protégeant à la fois l’environnement et assurons la santé de l’homme.

Parmi les enseignes adoptant cette idée, nous citons le groupe Elior présidé par Philippe Salle.

« Si nous avons choisi de nous engager dans une alimentation 100% biologique, ce n’est pas par effet de mode ni pour faire plaisir aux producteurs bio, mais plutôt par philosophie : c’est parce qu’il y a de la vie dans notre vin que nous nous refusons à y ajouter toute molécule chimique de synthèse. ».

« Tous ensemble pour un environnent sain et une consommation de qualité »

Les consommateurs français affirment qu’ils préfèrent de loin les produits alimentaires issues d’une production biologique et qu’ils sont prêt à une transition vers une consommations éco-reponsable plus respectueuse de la planète.

Véridiquement, près de 90% des sondés affirment qu’ils sont d’accord pour cette transition. Parmi ces 90% une quarantaine de personne déclare qu’ils sont très intéressés par ce sujet et qu’ils ne souhaitent plus consommer des produits issus d’une agriculture conventionnelle.

20% de la surface agricole consacré à la production bio

La majorité des français, soit 85 % de la population ont expliqué leur tendance vers la réorientation des subventions présentés par l’Etat pour améliorer le secteur de l’agriculture locale et biologique.  Cette réorientation, devrait permettre l’atteinte d’un seuil fixé à 20% de la surface agricole destinée à l’agriculture paysanne et bio et ce en 2022.

Parmi les résultats trouvés, on remarque que plus que 87 % des interrogés ont exprimé leur préférence et leur intérêt à l’égard de l’interdiction de l’utilisation des pesticides. L’interdiction doit se faire progressivement d’ici 2025 pour booster le secteur de l’agriculture en France.

Il est à noter également que 65 % des sondés ont signalé qu’ils s’opposent aux fermes d’élevage.

La technologie dentaire vue par le groupe Acteon

 

Imaginez un monde où on se guérit en faisant appel à la haute technologie. En effet, Acteon est parmi les premiers groupes à avoir user d la force des ingénieurs pour développer des solutions médicales plus efficaces et moins coûteuses que la chirurgie ou d’autres traitements. Basée à Mérignac, la société qui emploie plus de 800 salariés est désormais le numéro un mondial dans les ultrasons de puissance et numéro sept dans l’imagerie médicale. Depuis 2014, l’entreprise est dirigée par l’ancien présidente du groupe Lundbeck, à qui on a sollicité son expérience pour redresser la barre lors du passage du groupe par un moment difficile.

Le redressement de la situation

Après la nomination d’un cadre expérimentée en gestion de laboratoires pharmaceutiques, le groupe Acteon enregistre un intéressant rebondissement de ses résultats. Le chiffre d’affaires du groupe a atteint 140 millions d’euros en 2015, réalisant une croissance de 17% sur une année. La marque Acteon devient internationale en délocalisant ses activités sur cinq usines à travers le monde, principalement aux Etats-Unis et la Chine où elle réalise la plus grande partie de son chiffre d’affaires. Sur le territoire français, Acteon réalise 17% de son résultat. Le groupe est présent actuellement dans 26 pays avec plus de 45% de son chiffre d’affaires réalisé uniquement sur le marché américain.

Au niveau de la rentabilité, la société a réalisé un bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (Ebitda) de 12 millions d’euros en 2015. Et si la part de l’Ebitda dans le chiffre d’affaires du groupe ne dépasse pas les 9% pour l’instant, le groupe cherche à atteindre un pourcentage de 18 à 20% à l’horizon 2019.

Les technologies du dentaire

Ingénieur de formation et très voué pour l’entreprenariat, Marie-Laure Pochon estime que son groupe devrait exploiter le potentiel de ses ingénieurs pour développer pour mettre en place des traitements médicaux avancés. En effet, Acteon alloue un important pourcentage de son chiffre d’affaires à la Recherche & Développement, notamment dans les technologies du dentaire sur lesquelles le groupe parie depuis 2015, date de son entrée sur ce marché.

Pour ce faire, le groupe a mis en place toute une équipe dédiée au médical. Il a lancé une sous-marque et travaillé sa stratégie de communication au tour de sa nouvelle gamme de produits. Acteon produit actuellement dans cinq usines entre la France, l’Italie et l’Allemagne et projette de nouveaux investissements pour augmenter sa capacité de production.

 

Optic 2000 poursuit son chemin pour un avenir plus profitable

Poursuivant sa dynamique d’amélioration d’innovations dans le domaine optique, le groupe Optic 2000  ne cesse d’inventer des projets en faveur du grand public.

L’omniprésence des écrans dans notre quotidien, la fatigue visuelle, la mauvaise nutrition impactant la vision…autant de sujets ont été traité par le leader de la distribution optique en France.

La santé visuelle et les besoins des consommateurs, poussent la coopérative optique  a lancer de nouveaux projets et d’encourager les start-ups développant des nouvelles solutions.

Au-delà, des recherches scientifiques qu’elle mène et des projets qu’elle gère, Optic 2000 anime également des évènements portant le thème de la santé visuelle pour sensibiliser au mieux le grand public est les intervenants dans le domaine optique.

Le secrétaire général et le responsable du développement et des affaires publiques d’Optic 2000 a commenté à ce sujet : « cette stratégie est une excellente initiative qui pourra nous faire connaître, renforcer son image dans le secteur de la santé visuelle, mais aussi d’apporter des solutions bénéfiques pour le grand public. »

Lentilles, et chirurgie corrective ?

165 milliards de dollars est la taille du marché de l’optique prévue pour 2022, et ce en rapport avec la recherche qui a été publiée par le Global Market Insights, Inc.

Les lentilles présentent également un marché porteur vue les taux de croissance estimés pour ce secteur. Les lentilles offrent une alternative à la fois esthétique et pratique pour les porteurs de lunettes et les personnes souffrant de troubles visuels.

Les modèles, ont beaucoup évolué pour offrir un étendu de gamme qui présente les meilleures solutions possibles.

D’une autre part, on remarque une augmentation sur la chirurgie corrective et également une augmentation de la demande sur les lentilles. Ceci peut présenter des débouchés pour le marché des lunettes solaires.

D’après l’étude mentionnée ci-dessus, la livraison des verres de lunettes pourra bénéficier d’une augmentation égale surtout sur les verres de haute gamme.

Les gens ont plus tendance à se diriger vers les verres de qualité aux déterminants des verres basiques.

Toutefois, le marché optique est toujours en constante croissance vu le vieillissement actuel de la population en France et les autres spécificités qu’offrent les Players sur le secteur à l’instar d’Optic 2000.

Aujourd’hui on trouve un nombre de modèles important sur le secteur optique qui attire les porteurs de lunettes. Ce n’est plus un besoin mais plutôt une tendance alimentée par les stars et les représentants de la mode.

 

 

Procédures judiciaires : le mal des petites entreprises

Dans le grand monde des entreprises, il n’est jamais exclu de passer par des difficultés économiques laissant entrainer un nombre de procédures judiciaires, à degré varié, qui mettront l’entité devant son destin. Entre la sauvegarde, redressement et liquidation judiciaire, mesures nécessitant l’intervention d’un administrateur judiciaire comme Philippe Jeannerot, 90% des opérations touchent les petites entreprises qui peinent ensuite à s’en sortir. Le rôle du tribunal de commerce est alors primordial pour aider ces sociétés à anticiper les procédures et à soigner leur marche.

L’intervention du tribunal de commerce

Prenant siège au palais de justice, le tribunal de commerce est l’organisme qui régularise les relations entre les commerçants. Il gère ainsi les litiges qui peuvent régner sur ses relations. Toutefois, lorsque ces acteurs économiques se trouvent en situation financière difficile, il est courant de les voir passer sous un ensemble de procédures judiciaires engageant leur responsabilité et menaçant leur continuité. Le tribunal de commerce cherche à travers son intervention à assurer la continuité de la production de ses entreprises,  le maintien des emplois de ses salariés et l’apurement de ses créances.

Après consultation du dossier  de l’entreprise et la nomination d’un administrateur judiciaire, comme le profil de Philippe Jeannerot ou autre, le tribunal pourra prononcer un de ces trois décisions :

–          La sauvegarde de l’entreprise pour anticiper la phase de cessation de paiements.

–          Le redressement judiciaire qui met l’entité en période d’observation Cette décision vient suite à l’initiative du tribunal, des créanciers et du chef de l’entreprise qui ne peut plus régler ses dettes.  Cette décision peut donner lieu à une cession totale ou partielle de l’entreprise ou à sa liquidation, une fois que la période d’observation ait fini.

–          La liquidation judiciaire qui annonce la fermeture de l’entreprise.

L’anticipation peut aider les petites entreprises

Dans la majorité des cas, les petites entreprises ne peuvent pas tenir face à de telles procédures judiciaires. 90% des décisions de liquidation concerne déjà ce type de société, même si on observe une légère baisse du nombre d’ouvertures de ces mesures (comme le montre le cas du tribunal de commerce du Mans où la baisse a atteint 29% en 2016).

L’anticipation de la difficulté, la bonne gouvernance de la période de la sauvegarde et une meilleure information à temps contribuent cependant à l’amélioration de la situation et à assurer la pérennisation de ces petites entreprises. D’ailleurs, dans le tribunal de commerce du Mans, 50% des cas de sauvegarde aboutissent à une pérennisation.

Une rencontre maroco-nigériane pour au tour du projet de gazoduc

Le Maroc vient de signer une convention historique avec le Nigeria concernant l’implantation d’un pipeline transafricain qui transporte le gaz nigérian vers l’Europe en passant par le Royaume. Il s’agit d’un projet stratégique pour le Maroc dans le cadre de ses mouvements pour préparer son grand retour à l’Union africaine. C’est dans le cadre d’une grande tournée continentale que le Roi Mohammed VI vient de parapher plusieurs accords et partenariats avec des gouvernements africains dont celui du gazoduc. Toujours assisté par des experts comme son bras droit Mounir Majidi, le Souverain marocain a présidé le 13 décembre dernier une séance de travail entre les deux parties de ce projet pour évoquer les questions de sa faisabilité technique et de son financement.

Dans le sillage de la COP 22

Au fur et à mesure de l’organisation de la COP 22 à Marrakech, le Maroc vient de se lancer dans une stratégie de développement durable qui ambitionne de s’étendre sur tout le continent africain. C’est ainsi que les négociations avec le Nigeria ont commencé lors de la rencontre des deux chefs d’Etat, à savoir Mohammed VI et Muhammadu Buhari en marge de cette 22ème édition de la Conférence des Parties sur le changement climatique.

Après la signature de la convention, les deux hommes avaient présidé une cérémonie pour annoncer le lancement de la phase de réalisation de ce gazoduc. Dix jours plus tard, à Casablanca, le roi marocain a accueilli les hauts responsables nigérians désignés par le président de leur pays pour négocier la faisabilité technique et le financement de ce projet. Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement marocain, Yassir Zenagui, Fouad Ali El Himma (conseillers du roi), Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères, Mustapha Bakkoury, directeur de Massen et le patron de l’OCP Mostafa Terrab ont représenté le Maroc dans cette rencontre.

Un projet qui concerne toute l’Afrique

Dans un discours commun à l’occasion de cette rencontre, les deux ministres des Affaires étrangères des deux pays ont tenu de souligner que le gazoduc est un projet où toutes les parties prenantes, à savoir les pays africains, vont participer à sa réalisation dans le but d’accélérer l’électrification de la région.

Ce projet aura pour mission de créer un marché compétitif de l’électricité qui développera les pôles industriels et poussera la création de l’emploi. Le coût total du projet n’a toujours pas été communiqué, mais on l’estime à plusieurs milliards de dollars. Il est a noté que grâce aux initiatives royales, que Mr Majidi participe à son élaboration, le Maroc se positionne comme un leader en matière de projet énergétique : en 2012, le Royaume avait lancé un plan gazier pour réduire la consommation d’énergies fossiles au profit de la consommation du gaz naturel pour la production d’électricité capable de fournir les industriels.