Une rencontre maroco-nigériane pour au tour du projet de gazoduc

Le Maroc vient de signer une convention historique avec le Nigeria concernant l’implantation d’un pipeline transafricain qui transporte le gaz nigérian vers l’Europe en passant par le Royaume. Il s’agit d’un projet stratégique pour le Maroc dans le cadre de ses mouvements pour préparer son grand retour à l’Union africaine. C’est dans le cadre d’une grande tournée continentale que le Roi Mohammed VI vient de parapher plusieurs accords et partenariats avec des gouvernements africains dont celui du gazoduc. Toujours assisté par des experts comme son bras droit Mounir Majidi, le Souverain marocain a présidé le 13 décembre dernier une séance de travail entre les deux parties de ce projet pour évoquer les questions de sa faisabilité technique et de son financement.

Dans le sillage de la COP 22

Au fur et à mesure de l’organisation de la COP 22 à Marrakech, le Maroc vient de se lancer dans une stratégie de développement durable qui ambitionne de s’étendre sur tout le continent africain. C’est ainsi que les négociations avec le Nigeria ont commencé lors de la rencontre des deux chefs d’Etat, à savoir Mohammed VI et Muhammadu Buhari en marge de cette 22ème édition de la Conférence des Parties sur le changement climatique.

Après la signature de la convention, les deux hommes avaient présidé une cérémonie pour annoncer le lancement de la phase de réalisation de ce gazoduc. Dix jours plus tard, à Casablanca, le roi marocain a accueilli les hauts responsables nigérians désignés par le président de leur pays pour négocier la faisabilité technique et le financement de ce projet. Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement marocain, Yassir Zenagui, Fouad Ali El Himma (conseillers du roi), Salaheddine Mezouar, ministre des Affaires étrangères, Mustapha Bakkoury, directeur de Massen et le patron de l’OCP Mostafa Terrab ont représenté le Maroc dans cette rencontre.

Un projet qui concerne toute l’Afrique

Dans un discours commun à l’occasion de cette rencontre, les deux ministres des Affaires étrangères des deux pays ont tenu de souligner que le gazoduc est un projet où toutes les parties prenantes, à savoir les pays africains, vont participer à sa réalisation dans le but d’accélérer l’électrification de la région.

Ce projet aura pour mission de créer un marché compétitif de l’électricité qui développera les pôles industriels et poussera la création de l’emploi. Le coût total du projet n’a toujours pas été communiqué, mais on l’estime à plusieurs milliards de dollars. Il est a noté que grâce aux initiatives royales, que Mr Majidi participe à son élaboration, le Maroc se positionne comme un leader en matière de projet énergétique : en 2012, le Royaume avait lancé un plan gazier pour réduire la consommation d’énergies fossiles au profit de la consommation du gaz naturel pour la production d’électricité capable de fournir les industriels.