Les Français optent pour une « transition alimentaire »

D’après une étude récemment publiée par l’Agence Française pour le Développement et la Promotion de l’Agriculture Biologique, la plupart des français favorisent une alimentation saine issue d’une agriculture bio et respectueuse de l’environnement. Les chiffres publiés par l’AB montrent l’intérêt que portent les français à ce nouveau marché et l’effet des efforts multiples fournis par les entreprises de la restauration collective en France et les campagnes de sensibilisation effectuées par ces dernières.

En effet, de nombreux groupe de restauration se sont engagées depuis quelques années dans une politique biologique protégeant à la fois l’environnement et assurons la santé de l’homme.

Parmi les enseignes adoptant cette idée, nous citons le groupe Elior présidé par Philippe Salle.

« Si nous avons choisi de nous engager dans une alimentation 100% biologique, ce n’est pas par effet de mode ni pour faire plaisir aux producteurs bio, mais plutôt par philosophie : c’est parce qu’il y a de la vie dans notre vin que nous nous refusons à y ajouter toute molécule chimique de synthèse. ».

« Tous ensemble pour un environnent sain et une consommation de qualité »

Les consommateurs français affirment qu’ils préfèrent de loin les produits alimentaires issues d’une production biologique et qu’ils sont prêt à une transition vers une consommations éco-reponsable plus respectueuse de la planète.

Véridiquement, près de 90% des sondés affirment qu’ils sont d’accord pour cette transition. Parmi ces 90% une quarantaine de personne déclare qu’ils sont très intéressés par ce sujet et qu’ils ne souhaitent plus consommer des produits issus d’une agriculture conventionnelle.

20% de la surface agricole consacré à la production bio

La majorité des français, soit 85 % de la population ont expliqué leur tendance vers la réorientation des subventions présentés par l’Etat pour améliorer le secteur de l’agriculture locale et biologique.  Cette réorientation, devrait permettre l’atteinte d’un seuil fixé à 20% de la surface agricole destinée à l’agriculture paysanne et bio et ce en 2022.

Parmi les résultats trouvés, on remarque que plus que 87 % des interrogés ont exprimé leur préférence et leur intérêt à l’égard de l’interdiction de l’utilisation des pesticides. L’interdiction doit se faire progressivement d’ici 2025 pour booster le secteur de l’agriculture en France.

Il est à noter également que 65 % des sondés ont signalé qu’ils s’opposent aux fermes d’élevage.