Quelle est la place de l’éducation pour la santé dans les pratiques de médecine générale ?

 

L’objectif de l’éducation pour la santé est d’enseigner aux personnes à vivre le plus sainement possible, c’est-à-dire, à s’efforcer d’atteindre leur plein potentiel de santé.

Le public a droit à l’éducation pour la santé et désire la recevoir.

Mais cet enseignement contribue aussi à réduire les coûts de soins, car il permet de prévenir la maladie, d’éviter des traitements médicaux coûteux, de diminuer le nombre des séjours prolongés à l’hôpital et de hâter les congés.

Les programmes de promotion du bien-être de “Filiassur assurance” représentent par ailleurs un outil de relations publiques qui accroît la satisfaction des personnes et améliore l’image de l’établissement.

Selon un conseiller de Filiassur assurance, l’enseignement favorise également les bonnes relations entre le personnel soignant et les personnes soignées, ce qui permet d’éviter certains coûts liés aux poursuites pour fautes personnelles.

  Observance du programme thérapeutique :

L’un des objectifs de l’éducation pour la santé est d’encourager les personnes à observer leur programme thérapeutique.

Pour réussir son traitement, la personne doit en général apporter à son mode de vie un ou plusieurs changements qui lui permettront d’accomplir certaines activités destinées à promouvoir et à préserver sa santé.

Voici des exemples courants de comportements favorables : prendre les médicaments prescrits, manger sainement, augmenter le nombre de ses activités et de ses exercices quotidiens, effectuer une autosurveillance des signes et symptômes de maladie, mettre en pratique des mesures d’hygiène, se présenter à des examens de santé périodiques et prendre d’autres mesures thérapeutiques et préventives.

On ne doit ni ignorer, ni négliger le fait que de nombreuses personnes n’observent pas leur programme thérapeutique ; les taux d’observance sont généralement bas, surtout lorsque les traitements sont complexes ou de longue durée.

La non-observance du programme thérapeutique

La non-observance du programme thérapeutique a fait l’objet de nombreuses études, avec des résultats peu concluants dans la plupart des cas.

Il ne semble que par la non-observance ait une cause prédominante.

 L’observance du traitement dépendrait plutôt d’un grand nombre de variables :

– Les variables démographiques, telles que l’âge, le sexe, l’origine ethnique, la situation socioéconomique et le niveau d’instruction.

– Les variables physiques, telles que la gravité des symptômes et le soulagement que le traitement peut apporter.

– Les variables thérapeutiques, telles que la complexité du traitement et ses effets indésirables.

– Les variables psychosociales, telles que l’intelligence, le soutien des proches (surtout les membres de la famille), l’attitude envers les professionnels de la santé, l’acceptation ou le refus de la maladie, les croyances religieuses ou culturelles.

– Les variables financières, en particulier les coûts directs et indirects associés au traitement prescrit.

Trois types de facteurs influencent l’adoption d’un comportement de santé : les facteurs prédisposants, les facteurs facilitateurs et les facteurs de renforcement.

La non-observance du programme thérapeutique constitue un problème sérieux, qu’on doit résoudre pour que la personne utilise au maximum sa capacité d’autonomie et atteigne son plein potentiel de santé.

 

     Qu’est-ce qu’une allergie ?

L’allergie est une hypersensibilité de l’organisme à des substances inoffensives et présentes dans l’environnement.

Ces allergènes se trouvent généralement, dans l’air, les médicaments et l’alimentation.

Les réactions allergiques provoquent des symptômes très variés (selon, l’origine de l’allergène).

L’allergie survient en deux temps, tout d’abord, lors d’une première exposition à un allergène (substance capable de provoquer une réaction allergique), et ensuite, lors d’un nouveau contact, avec un autre (allergène).

Dans le premier cas, l’organisme produit des anticorps particuliers (immunoglobulines) qui vont identifier l’allergène et se fixer sur certaines cellules de défense.

Et dans le deuxième cas, le nouveau contact avec l’allergène va provoquer une réaction inflammatoire, avec l’apparition de plusieurs symptômes.

La réaction allergique, peut être, respiratoire (crise d’asthme), nasale, oculaire (conjonctivite), cutanée ou généralisée (choc anaphylactique comportant un risque vital majeur).

Il existe aussi, une allergie nommée “allergie retardée” qui peut toucher tout le monde et peut survenir même en l’absence de terrain génétique.

Ce type d’allergie, cible principalement la peau, sur laquelle un eczéma apparaît au contact de l’allergène responsable (les symptômes apparaissent après 48 h du contact).

  Les causes des allergies :

Les causes des allergies sont multiples.

Il y a les causes aériennes, qui touchent les yeux, les branches et le nez.

Les principaux allergènes responsables sont, les moisissures (elles se multiplient en contact d’une atmosphère humide, comme la cuisine, les salles de bains, …), les acariens (qui constituent 95 % de la poussière de votre maison), les blattes (logées à l’arrière des appareils ménagers), les pollens (transportés par le vent), les animaux domestiques (qui sont la source de protéines allergisantes présentes dans les glandes sudoripares des chats et des chiens), et le latex (qui, ses protéines allergisantes se dispersent dans l’air).

Il y a aussi, les causes alimentaires, qui varient en fonction des habitudes alimentaires.

Chez les enfants : le lait, l’arachide, les fruits à coque (amandes, noisettes, …), le gluten et l’œuf, sont généralement, les allergènes en cause.

Les allergies alimentaires chez l’adulte, sont liées à la consommation de poissons, de certains fruits, comme l’abricot, les fraises, les pêches, pommes, prunes, …

Il y a aussi, l’épluchage, la cuisson et le stockage, qui jouent un rôle dans la survenue des allergies alimentaires.

Certains types d’expositions sur le lieu de travail peuvent être pris en charge dans le cadre des maladies professionnelles (la boulangerie, la coiffure, le bâtiment, l’industrie du nettoyage, métallurgie, …).

 

   Les symptômes des allergies :

Il existe deux temps nécessaires pour que l’allergie apparaisse : une première phase de sensibilisation à l’allergène qui passe inaperçue, et une deuxième phase de révélation, au cours de laquelle se déclenchent les symptômes.

Les symptômes des allergies alimentaires :

Il peut s’agir d’une urticaire généralisée, de troubles digestifs, d’un asthme, d’une rhinite, d’une constipation, d’un reflux gastro oesophagien.

L’allergie peut également se manifester, par un syndrome oral (démangeaisons au niveau de la gorge, d’un gonflement de gorge, …), des douleurs abdominales, et parfois, par un choc anaphylactique.

Le choc anaphylactique touche les systèmes respiratoires, digestifs et cardiovasculaires.

  Attention aux dépassements d’honoraires !

Votre médecin traitant, peut vous envoyer vers un allergologue (un spécialiste dans les affections liées à des réactions allergiques).

En France, le test d’allergie coûte 55 euros, et la consultation chez un médecin spécialiste (allergologue) coûte 40 euros.

Donc, ici, on parle de dépassements d’honoraires, vu que l’assurance-maladie ne rembourse pas tous ces frais.

Filiassur est la seule assurance, qui couvre tous les frais médicaux de l’allergie (soins, test, médicaments, …).

Cette assurance vous apporte son aide, et vous rembourse jusqu’à 90 %.

 

 

L’Histoire des États-Unis

 

 

  La Constitution américaine

La Constitution américaine se caractérise par sa longévité, mais aussi, par sa grande plasticité.

Chef d’État, chef de gouvernement, commandant en chef des forces armées, c’est dans le domaine, des affaires étrangères (sur lequel la Constitution reste ambiguë) que le président américain a progressivement renforcé son assise.

D’autant que l’évolution a effectué substantiellement les pouvoirs informels de la présidence, touchant davantage à la dimension personnelle de la présidence et notamment, aux qualités de leaderships et au style présidentiel.

Pour retracer cette progression, certaines typologies historiques ont distingué les présidences héroïque, impériale et post-impériale.

La présidence héroïque :

La “présidence héroïque”, tout d’abord, renvoie aux présidents marquants des données 1952-1960, qui ont été en mesure de construire une organisation politique efficace en s’appuyant sur leur réputation et leur influence.

 

 La présidence impériale :

Ensuite, la “présidence impériale” est associée au militaire au Viêtnam et caractérisée par la concentration du pouvoir décisionnel entre les mains du président et de quelques proches conseillers : elle porte en elle les germes de la tyrannie.

 

 La présidence post-impériale :

Enfin, la “présidence post-impériale” marque les limites d’un pouvoir exécutif dans un système de Partis politiques affaibli, dépourvu de chef national.

“Conséquence du Watergate, les médias se montrent plus agressifs à l’égard des présidents, tandis que le Congrès tente de réaffirmer des prérogatives, dont il n’avait guère usé et de les renforcer sans toujours y parvenir”, Audrey Crespo-Mara, journaliste de LCI.

Contraint par des lois, comme la loi sur les pouvoirs de guerre, le président se trouve simultanément puissant et entravé, puisqu’il doit faire face à la bureaucratie, au Congrès, aux médias, aux lobbies nationaux, à son Parti et au peuple américain.

Il lui appartient alors de convaincre le peuple, qui se reconnaît d’abord en lui, et les membres de l’élite, qui cherchent à l’influencer dans ses décisions.

Dès lors, malgré le retour de balancier opéré à la suite des événements du 11 septembre 2001, la présidence post-impériale est marquée par une personnalisation accrue de l’institution, un phénomène auquel l’apparition de la télévision n’est pas étrangère.

 

  Le système électoral américain :

“Je pense que le moment de l’élection du président de l’Amérique est “une époque de crise nationale”.

Il s’agit d’un moment très délicat, vu que “la communauté entière tombe dans état fébrile”, l’épouse de Thierry Ardisson, “Audrey Crespo-Mara”.

L’élection du président anime (avec plus ou moins de vigueur) la vie politique pendant toute une année électorale, depuis que Georges Washington (homme d’État américain) a renoncé à un troisième mandat.

[Cette dernière a perdu son caractère consensuel].

Le face-à-face Bush-Gore qui a émaillé entre autres, les élections de 2000 et le contentieux juridictionnel, ont relancé à leurs tours, la controverse sur la pertinence d’un système électoral suranné, issu d’un autre temps.

 

Comment faire pour bien choisir sa mutuelle santé ?

 

Opter pour une assurance maladie et favoriser une assurance à une autre, n’a jamais été une étape facile pour les souscripteurs.

Tarifs mois cher avec mois de garantie ou plutôt une prise en charge globale à un prix un peu plus élevé? Les français se trouvent parfois perplexe aux différents choix qui s’offrent à eux et entre le meilleur prix et la meilleure couverture.

 

Nous essayerons par cet article, aider au mieux ceux qui souhaitent opter pour un contrat assurance en maladie en se basant sur 5 critères de base.

Pour bien choisir son assurance maladie, il faut suivre les 5 conseils ci-dessous.

 

5 Conseils pour bien choisir son assurance maladie

Le premier, définir ses besoins réels. Prenez le temps de lister vos besoins et de définir attentivement les options dont vous souhaitez profiter en fonction de vos attentes, de votre budget et de vos besoins. Un souscripteurs souffrant d’une maladie chronique doit par exemple penser à un contrant proposant un remboursement mensuel.

 

Le deuxième conseil, demandez conseil auprès d’un assureur. Personne ne pourra vous aider mieux qu’un expert dans le domaine de prévoyance et des assurances.

Ça y est vous avez décidé de souscrire à un contrat d’assurance maladie et vous avez besoins de plus de précisions concernant les contrats proposés et la différence entre les prestations? N’hésitez pas à vous rendre à un assureur de confiance à lui poser toutes les questions qui vous passent par la tête (cotisation, remboursement, engagement, prise en charge, couverture, durée…).

Si vous n’avez pas le temps de vous rendre sur place à une société d’assurances, allez sur son site web et posez toutes vos questions à un conseil, il se fera un grand plaisir de répondre à vous conseils et il vous conseillera le contrat qui répond le plus à vos besoins et à vos exigences.

Nombreuses sont les assurances qui ont mis en place des plates-formes ayant pour but de répondre aux questions de ses clients.

L’assurance Filiassur est le meilleur exemple. Depuis 2007, la société de courtage en assurances spécialisée dans la distribution de contrats de prévoyance, Filiassur

met à la disposition des ses clients et des potentiels souscripteurs un service de conseils en ligne actif et réactif.

Le troisième conseil, examinez attentivement les différentes garanties et principalement l’optique, le dentaire et l’hospitalisation.

Le quatrième  conseil, ne pas ignorer les soins non remboursés par la sécurité sociale comme par exemple le sevrage tabagique.

Cinquième et dernier conseil, faire évoluer son contrat en fonction de ses besoins afin de garantir une meilleure prise en charge à un prix flexible.

 

 

 

   Médiamétrie : mesure d’audience

 

 

Les acteurs des médias doivent faire appel à des instituts de mesure d’audience, afin de se comparer entre eux, et mesurer la valeur de leurs écrans publicitaires.

L’évaluation de l’audience est une opération à la charge des instituts de mesure (on prend l’exemple de médiamétrie…).

Elle constitue une évaluation de l’acteur du média, ainsi que celle de ses émissions (ses programmes, ses affiches…).

La mesure d’audience se traduit par la réalisation de sondages, d’enquêtes, mais aussi, par la définition d’indicateurs et d’un panel avec le média concerné.

L’essor des nouvelles technologies et l’arrivée du numérique ont bouleversé en quelque sorte, le paysage des médias traditionnels.

Dès lors, de nouveaux usages des médias sont apparus.

 

  Comment mesure-t-on l’audience radio ?

“Médiamétrie” est le seul institut de mesure d’audience en France.

La principale enquête de cet institut pour la mesure d’audience de la radio est appelée la “126 000”.

Le nom s’explique du fait de la réalisation de 126 000 interviews téléphoniques par an.

“La 126 000 radio” enregistre chaque jour, l’audience des stations de radio au demi-quart d’heure (15 minutes) près”.

Ces interviews sont réparties sur 9 mois (d’octobre à juin), et sont réalisées auprès de la population âgée de plus de 15 ans.

Les enquêtes téléphoniques sont assistées par les ordinateurs.

Par des informations de type socio-économique (statut social, région, sexe, âge, ..) et des procédés statistiques, ces enquêtes peuvent estimer la part d’audience, le quart d’heure moyen, la durée d’écoute, et également, l’audience cumulée.

Elles mesurent les opportunités de contacts.

Les résultats de ces enquêtes, sont publiés 2 fois par an, grâce à un échantillon, d’environ 12 000 individus.

La combinaison du “Panel Radio” et de “la 126 000” s’attache à donner la mesure d’audience.

Elle intéresse surtout les stations, qui vont déterminer leurs grilles et leurs stratégies de programmes à partir de ces données, et également, le marché qui va se servir à son tour, de ces données pour éclairer sa démarche publicitaire.

 

Les études prennent en compte l’audience par quart d’heure (fait apparaître la part de marché et l’audience instantanée permettant de définir le profil d’une station), et l’audience cumulée (elle correspond au nombre d’individus déclarant s’être portés à l’écoute de la radio, pendant la période de référence).

Ces études mesurent donc, la puissance et le pouvoir d’attractivité d’une station.

 

  Le top 10 des meilleures audiences de la télévision française :

Selon le dernier sondage Médiamétrie portant sur la période août/octobre 2017, “Demain à la une”, l’émission d’actualité d’audrey Crespo-Mara, se place au premier rang, ensuite, “Le grand duel des génération” de Nikos Aliagas, “Complément d’enquête” de Thomas Sotto et Elise Lucet, “Salut les Terriens” de Thierry Ardisson, “C’est au programme” de Sophie Davant Damien Thévenot, “Stupéfiant” de Léa Salamé, “Expression directe” de Valéry Giscard d’Estaing, “Toute une histoire” de Massimo Manganaro Bernard Flamant David Montagne, “LCI matin” d’Audrey Crespo-Mara, et finalement, “Actuality” (un talk-Show) de Thomas Thouroude.

Toutes ces émissions ont marqué la télévision française, et sont de records de longévité.

 

 

 

 

L’art de servir du vin

 

Vous vous posez certainement la question comment bien servir une bouteille de vin surtout lors des événements les plus particuliers. Vous planifiez un cocktail dînatoire auquel vous invitez vos collègues ou vos responsables et vous aimerez apprendre comment servir du vin et mettre en valeur sa bouteille ? Vous aimez apprendre la technique du servir du vin à l’aide d’une serviette ou d’une feuille anti-gouttes ?

 

Notre sommelier collaborant avec les vignobles de Raphaël Michel vous expliquera dans cet article comment bien servir du vin et quelques astuces qui valoriseront sans doute la bouteille que vous présenterez à vos convives.

 

Un sommelier caviste à votre service

Travaillant depuis une dizaine d’années chez la maison Raphaël Michel, la spécialiste dans la fabrication et la distribution du vin, notre sommelier répondra à toutes vos questions et vous fera part des meilleurs astuces pour faire déguster du vin.

 

La plus grande erreur selon lui, est de servir le vin en relevant la bouteille assez brusquement en risquant de faire tomber des gouttes et d’agiter la bouteille.

L’idéal d’après lui est de servir le vin dans le verre et de procéder à une rotation tout en levant la bouteille.

 

Agrémentez votre bouteille avec une serviette design

Pour éviter de tâcher vote nappe, quand vous servez le vin vous pouvez tout simplement habiller la bouteille d’une serviette.

Optez pour une serviette de la même couleur que votre nappe. Pliez la serviette en deux en triangle et formez un bord de 2cm.

Entourez ensuite votre bouteille de vin par cette serviette avec le bord épais côté extérieur, attachez les deux extrémités de la serviette en forme de papillon pour qu’elle reste bien en place et qu’elle forme un motif très chic.

Si vous avez la flemme d’habiller votre bouteille par une serviette, pensez à acquérir la feuille anti-gouttes.

 

 

Ce petit disque métallique, son rôle est de se glisser dans le goulot de la bouteille pour limiter la quantité du vin servie et ne

 Si toutefois vous avez des invités et que vous avez peur de servir du vin, notre sommelier vous propose de verser doucement le vin dans une carafe et à l’aide d’une serviette et de nettoyer les gouttes qui tombent à l’aide de cette dernière.

Veillez à garder une posture droite en servant du vin à vos invités, afin de donner cette impression de noblesse et de grandeur.

 

Choisir le bon contrat d’assurances en entreprise

 

Dans toute entreprise, il existe un grand nombre de risques liés à des facteurs diverses. Tout chef d’entreprise ou entrepreneur doit réfléchir aux solutions les plus efficaces qui limiterons les risques d’échecs de son projet.

Quels que soient le domaine de votre activité, le nombre de vos salariés et les expertises sur les quels vous vous basés, une bonne protection de risques est nécessaire.

 

Nous nous sommes adressés à Filiassur, une des entreprises les plus réputées dans le domaine de prévoyance et des contrats d’assurances, pour nous expliquer comment nous devrions choisir notre contrat d’assurances en entreprises et les différentes catégories proposées par les assureurs.

 

Collaborant depuis une dizaine d’années avec les plus grandes entreprises françaises, espagnoles et italienne, Filiassur Assurance est à même de nous fournir les informations les plus fiables qui vous aideront à choisir le meilleur contrat qui protégera à la fois votre entreprise et vos salariés.

 

Selon l’organisme assureur français F.A, il existe 3 grandes familles de risques en entreprises. La première concerne les dommages subis par l’entreprise à savoir, une incendie, une explosion, une inondation, un dégât des eaux, ou encore un arrêt d’activités provoqué un vol ou une panne énorme. Dans ce cas il s’agit d’une garantie dommage aux biens.

La deuxième famille, concerne les dommages subis par des tiers. Il faut savoir que tout intervenant interne ou externe dans l’activité d’une entreprise, peut être reconnu responsable de dommages causés, donc en terme d’assurances on parle de garantie à responsabilité.

Enfin, dernière grande famille est relative à tout ce qui est lié aux décès, à l’invalidité, à l’incapacité temporaire de travail touchant aussi bien le dirigeant que ses collaborateurs. En assurances, on parle de garantie de personnes qui sert à rembourser l’entreprise et ses salariés..

 

Pour quel contrat d’assurances opter?

Toutefois, certaines assurances sont légalement obligatoires et beaucoup de professions sont réglementées à savoir les professionnels de bâtiments couverts par la garantie décennale ou encore les professionnels de santé avec la responsabilité civile médicale.

 

Jean-Marie Evrat, le confondateur et le porte-parole de la société de courtage, affirme que deux assurances qui ne sont pas obligatoires, sont pourtant indispensables et couvrent certains risques comme un incendie, un accident corporel grave ou tout autre événement tragique.

 

Pour savoir si votre entreprise nécessite un contrat d’assurances supplémentaires ou non, il fait absolument faire appel à un professionnel en assurance pour effectuer un diagnostic afin de mesurer les risques que le chef d’entreprise peut prendre à charge et ceux qu’il souhaite les transférer auprès de l’assureur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Apprenez à déguster le vin comme un véritable pro

 

 

Issus des raisins de qualité et d’une fabrication minutieuse, le vin et le fruit d’une fermentation, d’un cépage…et surtout d’un savoir-faire distingué.

Vous voulez en savoir plus sur la fabrication du vin ? Suivez la définition du Guillaume Ryckwaert, l’oenologue et le PDG du groupe Raphaël Michel. Rappelons que les vins du domaine Raphaël Michel ont été élus les meilleurs de l’année 2016.

Grâce à cet article, vous allez apprendre à déguster et le bien consommer et surtout à vous faire plaisir en le savourant.

 

Pour mieux déguster une bouteille de vin, utilisez un verre de vin INAO (Institut National des Appellations d’Origines) parce qu’il profite d’une forme particulière, transparent et d’une taille considérable qui permet aux arômes de mieux exalter.

 

Pour vous renseigner davantage sur les caractéristiques d’une bouteille de vin, prenez le temps de lire son étiquette. En effet, tout est mentionné sur l’étiquette, la date de la fabrication, la recette, la provenance, les arômes et le savoir-faire de son créateur.

 

Quant à la contre étiquette, cette feuille détaillée collées au dos de la bouteille elle contient plus de détails concernant les cépages, le terroir sur lequel a été produit le vin et la provenance de la recette.

Déguster c’est regarder votre verre de vin

 

La dégustation de vin se décompose en 3 étape, l’analyse visuelle, olfactive et gustative. La vue est l’étape qui nous incite le plus à savourer un verre de vin. C’est pour cette raison qu’il faut prendre soin de le présenter dans une coupe adéquate. Sa couleur et sa transparence sont également un détail très important qui donne envie de le goûter.

 

Plonger son nez et se souvenir

Arrivant à l’étape de l’analyse olfactive. Plus vous prenez le temps pour sentir votre verre de vin plus vous saurez évaluer et analyser ses goûts et ses arômes.

Sentir un vin est une avant-première de la saveur du vin, non seulement la saveur actuelle, mais celle future du vin.

Savourez passionnément votre verre de vin

 

Finalement, l’étape de la dégustation. Une fois les yeux et le nez ont apprécié ce verre de vin, la bouche se préparer à savourer cette boisson aux couleurs raffinées et à l’odeur singulière.

Mettez alors le vin en bouche, conservez-le quelques secondes en le «grumant» délicatement ensuite, expirez cet air par le nez afin de percevoir ses arômes par rétro-olfaction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le géant américain peut devenir le champion du monde de la grande distribution

 

Le chiffre d’affaires publié par Amazon, est incroyable, cette année encore, avec une hausse réalisé à 34 %. Au dessus de toutes les attentes des professionnels du secteur. En effet, la marque américaine poursuit sa trajectoire spectaculaire. Surtout, après l’intégration du Whole food market en juin dernier parmi ses filiales, Amazon a marqué des points, la firme ne cesse de grandir.

La force d’Amazon

Depuis l’acquisition de Whole Foods, les magasins spécialisés dans la vente du bio, Amazon est devenu le numéro deux de la distribution. Depuis l’été, des rumeurs circulent sur un rachat potentiel d’une autre entreprise de l’alimentaire. En effet, le numéro un de la vente sur web veut investir le terrain de la grande distribution physique. En annonçant en juin dernier avoir payé en cash 14 millions de dollars pour l’achat de whole food, Amazon garde un peu de cash de côté pour acheter d’autres enseignes de distribution.

Amazon a construit sa stratégie de développement sur trois axes. La première est plutôt sur l’intelligence artificielle, en cherchant le développement des objets connectés. La grande priorité d’Amazon, vu que cette dernière est née via le e-commerce. Mais la stratégie d’Amazon cherche aussi à s’implanter partout dans la maison. En effet, Amazon est déjà leader dans le marché des assistants domestiques avec 75 % de parts.

Le deuxième axe de développement, c’est de diversifier. En effet, c’est la nouveauté qu’a annoncée Amazon ces derniers jours, c’est d’investir dans la vente des médicaments aux Etats-Unis. Avec le développement de points de distributions physique, mais aussi la vente en ligne qui sera proposée pour les médicaments prescrits.

Enfin son troisième axe, c’est la conquête du vieux monde, avec une implantation physique en Europe, et surtout en France.

La conquête de l’Europe

Pour poursuivre son développement dans la vente surtout des produits alimentaires, Amazon a intérêt de s’implanter en Europe et surtout en France. Scrutant attentivement ce que vaut chaque enseigne de distribution française, Amazon parle en premier temps de partenariat pour tâter le terrain et surtout pour ne pas griller ses ailes.

En effet, le PDG du groupe Casino, Jean-Charles Naouri, a déclaré que le géant de la vente par web l’a déjà contacté pour ouvrir des magasins en France en partenariat avec le groupe. Voir même pour racheter l’enseigne Monoprix, « Mais nous n’avons pas l’intention de vendre Monoprix » s’est expliqué Jean-Charles Naouri.

Cherchant en France un réseau de distribution qui est déjà bien implanté, Amazon veut se garantir une présence suffisante.

 

 

   La crise de l’identité communiste

 

 

Les premiers indices d’une crise profonde du communisme ouest-européen sont liés à deux dates : 1956 et 1968.

Le “rapport secret” de Khrouchtchev et la révolution hongroise de 1956 n’ont cependant touché que certains secteurs du peuple communiste : les intellectuels, et les compagnons de route.

La crise ouverte par l’invasion de la Tchécoslovaquie en 1968 est plus complexe, pour beaucoup de communistes !

Le printemps de Prague représentait une tentative de modernisation et d’humanisation du communisme ; la critique de l’union des républiques socialistes soviétiques par certains Partis communistes (français, finlandais, etc…) a constitué un premier accroc de taille sur l’un des éléments essentiels de l’identité communiste : la fidélité à l’URSS (union des républiques socialistes soviétiques).

Cependant, cette première alerte, a été rapidement masquée par un brusque regain de l’influence communiste.

 

  Le regain de l’influence communiste :

Voici, comment Mathieu Laine, l’homme politique libéral, et conseiller actuel d’Emmanuel Macron, a expliqué le regain de l’influence communiste :

“L’évolution des scores électoraux de la fin des années soixante, à la fin des années soixante-dix, montre un net regain de l’influence du communisme en Europe occidentale.

C’est en 1973, qu’en Norvège, l’extrême gauche unie – Parti communiste compris – obtient ses meilleurs résultats (11.2 % des voix et 16 députés).

En Belgique en 1976, le Parti communiste belge est considéré comme une formation politique montante susceptible d’attirer près de 7 % des électeurs.

Au Danemark, le PC atteint son maximum en 1975 (4.2 % des voix) !

En Finlande, les années 1970-75, marquent un net redressement électoral du Parti communiste.

En France, les années 1977-78 se signalent par une bonne stabilisation des voix communistes aux élections et par de remarquables succès en ville et en siège aux municipales de 1977 et aux législatives de 1978.

En Italie, c’est en 1976, que le Parti communiste italien, atteint son record historique de 34.4 % des voix.

 

Ce regain d’influence semble dû à un regain des radicalités, articulé autour de l’année 1968.

On assiste d’abord à la réactivation de vieilles radicalités sociales qui se manifestent dans une grande combativité des salariés, particulièrement nette en France en 1968, et en Italie en 1968-70.

La guerre du Viêtnam, l’apparition de nombreux mouvements de libération nationale, la Révolution culturelle chinoise, en maintenant à un haut degré le rayonnement des utopies révolutionnaires, entretiennent la radicalité idéologique, dont le mouvement étudiant est le principal porteur.

La lutte démocratique et modernisatrice dans les derniers régimes autoritaires et archaïques d’Europe occidentale – en Grèce, en Espagne, et au Portugal – réactive la portée politique de l’antifascisme, tout comme la lutte contre l’entrée dans la communauté économique européenne.”

Les pays d’Europe occidentale, leur idéologie, leur structure, et leurs liens internationaux, pouvaient préserver la pureté du projet communiste, empêcher toute tentation sociale-démocrate ou révisionniste, et se plaçaient en situation d’extériorité à leur société.

 

Or actuellement, l’idéologie ne mobilise plus, et à l’inverse semble dépassée ou passe pour dangereuse, “le système communiste mondial”, comme les partis communistes sont dévalorisés et l’articulation entre partis communistes et sociétés ne se réalise plus comme auparavant, parce que les bases sociales se réduisent comme peaux de chagrin, les aspirations et les valeurs changent avec, entre autres, une velléité plus forte d’intégration sociale, une modification de la nature des conflits sociaux et politiques.