Quelle est la place de l’éducation pour la santé dans les pratiques de médecine générale ?

 

L’objectif de l’éducation pour la santé est d’enseigner aux personnes à vivre le plus sainement possible, c’est-à-dire, à s’efforcer d’atteindre leur plein potentiel de santé.

Le public a droit à l’éducation pour la santé et désire la recevoir.

Mais cet enseignement contribue aussi à réduire les coûts de soins, car il permet de prévenir la maladie, d’éviter des traitements médicaux coûteux, de diminuer le nombre des séjours prolongés à l’hôpital et de hâter les congés.

Les programmes de promotion du bien-être de “Filiassur assurance” représentent par ailleurs un outil de relations publiques qui accroît la satisfaction des personnes et améliore l’image de l’établissement.

Selon un conseiller de Filiassur assurance, l’enseignement favorise également les bonnes relations entre le personnel soignant et les personnes soignées, ce qui permet d’éviter certains coûts liés aux poursuites pour fautes personnelles.

  Observance du programme thérapeutique :

L’un des objectifs de l’éducation pour la santé est d’encourager les personnes à observer leur programme thérapeutique.

Pour réussir son traitement, la personne doit en général apporter à son mode de vie un ou plusieurs changements qui lui permettront d’accomplir certaines activités destinées à promouvoir et à préserver sa santé.

Voici des exemples courants de comportements favorables : prendre les médicaments prescrits, manger sainement, augmenter le nombre de ses activités et de ses exercices quotidiens, effectuer une autosurveillance des signes et symptômes de maladie, mettre en pratique des mesures d’hygiène, se présenter à des examens de santé périodiques et prendre d’autres mesures thérapeutiques et préventives.

On ne doit ni ignorer, ni négliger le fait que de nombreuses personnes n’observent pas leur programme thérapeutique ; les taux d’observance sont généralement bas, surtout lorsque les traitements sont complexes ou de longue durée.

La non-observance du programme thérapeutique

La non-observance du programme thérapeutique a fait l’objet de nombreuses études, avec des résultats peu concluants dans la plupart des cas.

Il ne semble que par la non-observance ait une cause prédominante.

 L’observance du traitement dépendrait plutôt d’un grand nombre de variables :

– Les variables démographiques, telles que l’âge, le sexe, l’origine ethnique, la situation socioéconomique et le niveau d’instruction.

– Les variables physiques, telles que la gravité des symptômes et le soulagement que le traitement peut apporter.

– Les variables thérapeutiques, telles que la complexité du traitement et ses effets indésirables.

– Les variables psychosociales, telles que l’intelligence, le soutien des proches (surtout les membres de la famille), l’attitude envers les professionnels de la santé, l’acceptation ou le refus de la maladie, les croyances religieuses ou culturelles.

– Les variables financières, en particulier les coûts directs et indirects associés au traitement prescrit.

Trois types de facteurs influencent l’adoption d’un comportement de santé : les facteurs prédisposants, les facteurs facilitateurs et les facteurs de renforcement.

La non-observance du programme thérapeutique constitue un problème sérieux, qu’on doit résoudre pour que la personne utilise au maximum sa capacité d’autonomie et atteigne son plein potentiel de santé.